Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Voir les textes du jour
 
Document Actions

Pèlerinage paroissial à Assise - du 24 au 28 avril 2017

23 avril 2017

Joie pour notre paroisse... un temps fort à partager avec tous ! 80 pèlerins partent de Caluire à la rencontre du "frère Universel", Saint-François d'Assise, et de Sainte-Claire, sur les lieux des initiatives de l'interreligieux. Suivons-les !

En direct d'Assise ...

Lundi : Départ 6h30 de caluire pour les 80 pèlerins ceints de leur écharpe vert pré, heureux de partir ensemble vers Assise. La route est longue 890 kms...échanges,petites pauses et prière des Laudes dans le tunnel de Fréjus ! Nous voilà en Italie ..
Les kms défilent...nous prenons le temps de nous rappeler la biographie de François. Merci à Dominique S pour son travail remarquable...15h de recherche et de mise en forme pour ce document pour nous parler de la fondation de la première communauté avec 12 frères et leur installation dans la plus pauvre des églises d'Assise.
Midi ...heure du pique-nique et du 1er cappuccino. A 16h des petites friandises circulent, offertes par des pèlerins attentionnés.
Un CD nous est présenté dans l'après-midi: l'icône du crucifix byzantin de Saint Damien. C'est dans cette église que François entend l'appel de Jésus. Cette icône est un concentré de la Passion et de la Vie donnée par le Christ aux hommes. Le Christ a sauvé les hommes par sa Croix !
Enfin nous arrivons aux abords de Firenze (florence) les fins cyprès, les pins parasols et le soleil egayent la campagne.La route longe le lac de Trasimeno(ou Hannibal a vaincu les Romains au 3eme siècle avant JC). Quelle belle lumière au soleil couchant !
19h30 nous voilà à Assise !
 
Mardi : Une messe est célébrée par le père Florent Guyot à l'église Sainte Claire: Nous sommes invités a nous reccueillir devant le crucufix qui a parlé à saint Francois. A la crypte se trouvent les reliques de Ste Claire et St Francois. Nous nous recueillons près du corps de Ste Claire:
Par un chemin entre les oliviers, sous le soleil et le chant des oiseaux, nous arrivons au sanctuaire Saint Damien. Cest là que Ste Claire s'installa avec ses compagnes en 1212 et que François reçut cette parole du Christ :
François ne vois tu pas comment ma maison tombe en ruines ? Va donc et répare la moi !
Après un bon repas, nous arrivons à l'ermitage des Carcieri.
Au milieu d'une forêt de chênes verts, c'est le lieu de "solitudes" de François et de ses frères, lieu de silence et de méditation en pleine nature.
"Le creux du rocher était son nid caché... il se retirait afin de s'occuper uniquement de Dieu"?

En fin d'après-midi, retour à Assise pour participer aux vêpres chez les Clarisses, Communauté française installée depuis 1905. Un échange chaleureux et simple !

 

3 pèlerins, Annie, Henri et Pierre, partis le 9 avril en vélo, arriveront le 23 avril à Assise !  derniers kms...

Nous les accompagnons sur ce chemin qui les conduira à la ville de saint François et sainte Claire. Un beau challenge ! Ils y arriveront le dimanche 23 avril, la veille de l'arrivée des deux cars de pèlerins en provenance de Caluire. Le récit est écrit par Pierre et transmis par internet au fil des kms.
 
Dimanche 9 avril : départ le cœur en fête, sourires épanouis, vélos rutilants...TGV Lyon-Menton
L'imprévu ...ce par quoi Dieu nous fait signe ! Suite à un geste désespéré sur la voie, le TGV est arrêté à Antibes. L'attente ... l'occasion de parler, de rencontrer les voyageurs de ce train immobilisé pendant 3h. Arrivée à 23h à Menton : il restait 13 kms pour rejoindre Vintimille... route de nuit, la lune est belle, la corniche magnifique ! Nous croisons dans la nuit, par groupe de 5, des Africains qui passent la frontière..."bonne chance les gars" !"Amis pèlerins, ayez vous aussi une pensée et une prière pour celui ou celle que nous avons perdu , et pour ces gars qui, pleins d'espoir, marchent vers minuit de Vintimille à Menton. " Annie, Henri et Pierre.
 
Lundi 10 avril : Ospedalletti - Imperia: 43 kms et 410 m de dénivelé et vue superbe ! Que du bonheur ! Pas de bruit de voiture...seul le murmure du vent et l'odeur du maquis, mêlée au souffle de la mer. Nous avions Laudato Si' dans la tête en pédalant. Deo gratias ! 
 
Mardi 11 avril : Un superbe final ! Imperia-Finalborgo, 51 kms, 460 m de dénivelé. Nous arrivons le soir à Finalborgo, bourg fortifié du XVe siècle. Passés la porte de la ville, nou s dé avrilbouchons sur une délicieuse placette : à gauche, la collégiale San Biaggio, avec son campanule octogonal, sa sobre façade romane, son étourdissant décor intérieur baroque. Pour y prier sans être ébloui, il faut mettre des lunettes de soleil ! En face et à droite, des bars restaurants.
Devant chaque établissement, des jeunes entre 20 et 30 ans, de retour d'une chevauchée boueuse en VTT, sont intrigués par nos montures de vélonautes. Ils ouvrent carrément des yeux ronds en voyant nos cheveux blancs lorsque nous quittons nos casques.
Finalborgo, ce superbe bourg aux ruelles étroites et aux façades délicatement ornées, entouré de falaises et de pentes raides, est aussi, nous l'ignorions, un haut lieu du VTT, de l'escalade et du parapente.
 
Mercredi 12 avril : Demandez le menu ! Finalborgo-Gênes, 73 kms 520 m de dénivelé. Nous sommes ce soir dans une trattoria sur le port de Gênes après un tour de 2h Pédibus dans la vieille ville. Cette ville est fantastique !
Rassurez le Père Florent, nous avons au menu quotidien une petite prière le matin, et une lecture spirituelle à midi... Ça, c'est pour le côté pèlerinage. Pour le côté carburant, au menu ce soir un loup grillé pour Annie, et une daurade grillée pour Henri et moi
 
Jeudi Saint 13 avril : Messe chrismale et charismes : Genova-Sestri Levante, 55 kms. 930 m de dénivelé
Ce matin, avant de partir, nous sommes allés prier à la cathédrale San Lorenzo, très sobre à l'intérieur comme à l'extérieur, avec une magnifique façade bicolore alternant marbre blanc et schiste noir.
Nous assistons du coup aux préparatifs de la messe Chrismale, à laquelle assistent en principe tous les prêtres du diocèse. L'Eglise de Gênes est au moins aussi variée que celle de Lyon.
Certains prêtres arrivent en strict costume sombre, col romain, et sortent leurs habits liturgiques de leur attaché-case, d'autres sont en soutane, chapeau rond, brodequins et petite valise, d'autres avec une croix discrète et un sac à dos. Il y a même un Père franciscain en robe de bure, pieds nus dans ses sandales, avec un sac en plastique Simply Market.

Côté féminin, pareil ...Il y a des Mères très Supérieures, qui descendent de taxi, et des petites sœurs de la charité, de la congrégation fondée par Mère Teresa, vives comme des petites souris.

Les charismes dans l'Eglise sont variés, mais c'est vraiment le même Seigneur ! 

Vendredi Saint 14 avril : La montée, la descente Sestri Levante- Levanto, 33 kms, 740 m de dénivelé.
Cette étape, la plus courte, nous en a fait baver plus que toutes celles qui l'ont précédée. Nous avons dû mettre de temps en temps pied à terre pour pousser nos vélos, le souffle court, le cœur qui cogne.
Nous étions sur une portion de la via Aurelia très tranquille, sans voiture, mais d'un raide !
Au sommet de la crête, halte à la petite église de Masso : Méditation sur nos montées où nous en bavons, mais qui peuvent nous rapprocher de Dieu ... montées qui ne sont rien à côté de la montée du Christ à Jérusalem, pour sa Passion.
Méditation sur nos descentes apparemment faciles, qui peuvent nous rapprocher de nos frères ou être l'occasion de rater l'essentiel
"Un homme descendait de Jérusalem à Jericho..."
En quittant Masso, un coq chante dans le village. Trois fois !
Un cycliste italien, croisé juste avant d'attaquer la descente, nous dit qu'il n'emprunte ce tronçon de la via Aurelia qu'à la descente, jamais à la montée, car elle est bien trop raide.

Samedi Saint 15 avril : Levanto - La Spezia, 43 km, 910 m de dénivelé
  • 1er épisode : Le T-bone du pèlerin et les tunnels infernaux
En vélo, avec tout l'équipement GoreTex nécessaire, dans les montées nous sommes mouillés de chaud, et dans les descentes nous sommes mouillés de froid, avec une bonne onglée en prime ...
Bref, quand nous avons quitté Levanto, il pleuvait et, en altitude, dans les Cinque Terre, il fait 5 degrés. Heureusement que nous avions visité Vernazza et Coniglia la veille au soir !
 
À 12h30, trois canaris trempés et frigorifiés (nos tenues de pluie sont jaune fluo) poussent la porte d'un bar restaurant, vide de clients. Le patron nous donne la carte. Nous hésitons sur le choix du plat qui nous calera le mieux, en nous réchauffant le plus.
Le patron nous demande en italo-français : vous allez où, comme ça ?
- À Assisi
- À Assisi ? répète-t-il en joignant les mains, comme s'il priait, pour être sûr d'avoir bien compris : À Assisi ?
- Si - Con la bici ? - Si - Con la signora ? - Si
Il ramasse aussitôt les cartes et nous déclare : vous mangiare (en montrant sa bouche) per la bici (pédalage avec les mains) mia specialità. Et il nous plante là, à nous demander ce qu'il va bien pouvoir nous servir, et à quel prix : spaghettis, gnocchis, lasagnes, peut-être ?
Il revient avec un grand sourire et trois T-bones grillés faisant chacun la surface de deux mains.
Réaction d'Annie : Henri, il va falloir que tu m'aides, je ne vais pas pouvoir en manger la moitié - je parie que tu vas ne lui laisser que l'os..
J'ai gagné mon pari!

Nous repartons. Le patron lève la main et dit en italien : bon voyage ! Que Dieu vous protège ! Nous avons bien cru qu'il allait nous faire un signe de croix. Nous lui avons répondu : Gracie ! Nous avons failli lui répondre : Amen... La pluie cesse enfin.

Juste avant La Spezia, émotion !
La route que nous avions programmée sur Bikemap n'est pas praticable à cause d'un glissement de terrain. Nous sommes donc obligés de prendre la nationale, avec 2 tunnels dont on nous a certifié qu'ils ne sont pas interdits aux vélos.

- 1er tunnel, 1800m de longueur, heureusement dans le sens de la descente pour nous. Nous pédalons comme des forcenés, grand braquet, pour diminuer la différence de vitesse entre les voitures et nous ...boucan infernal ... le souffle des camions qui nous doublent est plus fort qu'à l'air libre...
Des idées idiotes me traversent la tête, en vrac : faut que je soumette l'idée à Disneyland pour leur prochaine attraction !
Dieu merci, heureusement que nous ne voyageons pas dans le sens de la montée ! Mon Dieu, si tu peux faire en sorte que nous arrivions à la sortie entiers, ça serait sympa !...Tout à coup, une explosion dans nos tympans : nous sommes doublés par 25 Hell Angels, en Harley Davidson et en Ducati, qui nous font au passage des signes amicaux d'encouragement. Je n'avais, jusque-là, pas pris conscience de notre vulnérabilité commune à tous les deux-roues.
 
- 2ème tunnel, 1 km de long : Henri est quelque part devant, Annie, quelque part derrière. Sortie du tunnel, en 1/10e de seconde, décision : devant, bretelle d'autoroute, à droite, La Spezia centre ...À droite toute, puis virage à gauche serré, puis longue rampe en descendre sur 1 km.
Pas de Henri ! Pfuit, volatilisé ! Je me laisse glisser jusqu'au 1er rond-point, téléphone, pas de réponse...
Là, il faut toujours qu'il y ait une ambulance idiote qui vient faire son ti oin oin dans le paysage, histoire de faire monter l'adrénaline...
Re-téléphone, occupé, ouf ! c'est bon signe.
Attente - Attente ... Annie et Henri finissent par arriver. Ouf !
Henri s'était garé juste à la sortie du deuxième tunnel, et je ne l'ai pas vu. Annie, entre les deux tunnels, avait repéré un embranchement que nous n'avions pas vu et, un peu paniquée sur la direction à prendre, s'était arrêtée là... Merci mon Dieu ... et merci aux téléphones portables !
  • 2ème épisode : Veillée pascale avec Lili
Le GPS nous guide dans une zone industrielle interminable de la Spezia. Nous finissons par arriver dans un petit vallon champêtre miraculeusement préservé. Nous demandons à notre logeuse de nous indiquer où nous pourrions assister à la Veillée Pascale ... réponse en italien incompréhensible !
Devant nos têtes ahuries, elle recommence, avec le même résultat ...
Più lento, piu lento ! Nous comprenons finalement qu'elle ne se sentait pas trop d'aller à la Veillée Pascale, ayant bien trop peur de rentrer seule à minuit, mais qu'avec nous, pas de problème, elle nous propose d'y aller avec elle en voiture. Nous arrivons dans la petite église toute simple, d'un petit bourg quelconque, coincé entre une énorme centrale thermique et des réservoirs d'hydrocarbures.
Beaucoup de jeunes, un curé à la grande barbe blanche qui aurait pu servir de modèle au Moïse de Michel-Ange ! Deux heures de cérémonie fervente et joyeuse à la fois...
Pour le déroulement général de la célébration, et les lectures que nous avons sur nos feuilles, pas de problème de compréhension, mais pour le sermon, c'est une autre paire de manche... J'observe attentivement l'assistance : enfants, jeunes, vieux, tous boivent littéralement ses paroles. Et je me dis que c'est super qu'il y ait ... un Moïse pour guider son peuple sur les chemins de l'espérance, entre une énorme centrale thermique et des réservoirs d'hydrocarbures !
 
Dimanche de Pâques 16 avril 2017 - Christ est ressuscité !
La Spezia - Querceta :
50 kms, 290 m de dénivelé.
Le dimanche de Pâques, beaucoup d'italiens vont déjeuner en famille au restaurant. Embouteillage tout le long de la côte.
 
Lundi de Pâques 17 avril - Plein de vélos ... Querceta - Pisa, 40 kms
Le lundi de Pâques est férié également en Italie. Nous sommes doublés par plein de pelotons, façon Giro d'Italia. Nous passons à Ponte Di Arcole ( ça ne vous rappelle rien...que les Italiens ont sous-titré " ville de la paix"?)
Arrivée à Pise, dans une marée humaine, où A photographie B qui fait mine d'empêcher la tour de tomber !
 
Mardi 18 avril - Chianti à la mémoire de Gino Bartali
Pise - San Miniato - Castelfiorentino :
61 kms, 430m de dénivelé. Après la foule de Pise, le calme de San Miniato.
De San Miniato à Castelfiorentino, nous avons essuyé un sacré orage avec de violentes bourrasques qui ont réussi à flanquer Pierre dans le fossé. Juste quelques égratignures, heureusement...
L'agritourismo où nous dormons ce soir est superbe et arrangé avec goût. Les propriétaires sont très sympas. Ils cultivent la vigne et l'olivier et nous ont donné une bouteille du Chianti qu'ils produisent. Nous la boirons ce soir, à la mémoire de Gino Bartali.
Chianti à la mémoire de Gino Bartali (suite)
Martine intervient comme conteuse en maison de retraite à l'hôpital dans le cadre de l'ABH (Association des Bibliothèques d'Hopital).
Un jour, un patient, en chimio à Léon Bérard, lui a demandé si elle connaissait des histoires de cyclistes, étant passionné de cyclotourisme. Martine a trouvé quelque chose, et comme elle teste ses contes sur moi, c'est ainsi que j'ai fait la connaissance de Gino Bartali. Gino est un champion cycliste italien, né en 1914, mort en 2000. Il a remporté plusieurs tours de France avant et après guerre.
En 2006, il a été décoré à titre posthume pour avoir transporté pendant la seconde guerre mondiale des documents et faux papiers dans le cadre de son vélo, sous couvert d'entraînement, ce qui a permis de sauver des centaines de familles juives.
J'ai raconté cette histoire à Henri et Annie quelques jours avant notre arrivée à Castelfiorentino.
 
À Castelfiorentino, notre hôte nous fait part de son inquiétude vis à vis des élections en France avec la montée du Front National et le risque de sortie de la Communauté Européenne. Nous lui exprimons notre inquiétude face au climat délétère de la campagne présidentielle.
Il nous dit: Vous auriez besoin d'un Gino Bartali (Surprise) - Le champion cycliste ? - Si

L'Italie était dans un état catastrophique, démoralisée (elle faisait partie des pays vaincus), ruinée, avec beaucoup de victimes civiles à cause des opérations militaires, mais aussi beaucoup de règlements de comptes. Des élections devaient se tenir. Les communistes voulaient faire la révolution, les royalistes voulaient réinstaller un roi, le Nord était contre le Sud et réciproquement. Il y avait des armes partout.
Le pays était au bord de la guerre civile.
Gino s'est présenté au tour de France de 1948, le premier à être organisé après la guerre. Son engagement à la Démocratie Chrétienne était connu. Les journalistes ont essayé de le piéger : pour qui appelez-vous à voter ?
Gino répondit : je ne veux qu'une chose, la Paix pour l'Italie !
Je ne suis qu'un cycliste, je veux essayer de remporter ce Tour de France pour la paix en Italie. Gino s'est battu comme un lion.
Toute l'Italie, rivée aux postes de radio, souffrit avec Gino dans les montées, tremblait pour lui dans les descentes. Et il remporta le tour !
 
Ce fut une liesse incroyable ! La Démocratie Chrétienne remporta les élections. Si Gino avait dit de voter pour elle, elle n'aurait pas gagné.
J'évoque le rôle joué par Gino pendant la guerre. Notre hôte connaît très bien le 2e fils de Gino. Il nous précise: Gino s'était lié d'amitié avec son évêque. Un jour, celui-ci lui fit part de son inquiétude pour les juifs, de son projet d'organiser des filières pour les mettre à l'abri, et de son besoin d'un agent de liaison. Gino accepta avec enthousiasme.
Il sillonnait le pays, et chaque fois que les fascistes ou les allemands l'arrêtaient, ils lui demandaient des autographes !
Plusieurs centaines de familles furent ainsi sauvées.
 
Après la guerre, l'évêque et Gino n'en firent pas état. Ils moururent l'un et l'autre. Un étudiant, lors de recherches pour une thèse, découvrit tout cela dans les archives du diocèse. L'évêque, dont j'ai oublié le nom, et Gino furent décorés à titre posthume, et déclarés "justes parmi les nations".
Notre hôte nous a donné une bouteille du Chianti qu'il produit.
Nous la boirons à la mémoire de l'évêque et de Gino, lui avons-nous déclaré ! C'est ce que nous avons fait, Henri et moi, avec l'aide efficace de Annie, habituellement reine de la sobriété..
 

19/04, 20/04, 21/04 : Mon Dieu, que la Toscane est belle !

19 avril Castelfiorentino-San Giminiano, Sienna, 65 kms, 760m de dénivelé
20 avril Sienna - San Quirico d'Orcia, 55 kms, 540m de dénivelé
21 avril San Quirico d'Orcia-Montepulciano, 25 kms, 370m de dénivelé
Le matin, il fait frisquet : 2 degrés à Sienne, 1 degré à Montepulciano.
Dans la journée 12 à 13 degrés, ce qui nous arrange bien pour le vélo.
Mon Dieu, que La Toscane est belle!
Notre route a rejoint la via Francigenia, des pèlerins vers Assise et Rome.. route non goudronnée sur certains tronçons, uniquement gravillonnée-parcours hors du temps !
Calligraphie splendide des cyprès et des pins parasols sur le vert tendre des champs de blé, la trame rigoureuse des vignes, l'alignement des oliviers.
 

Samedi 22 avril - Cerise sur le gâteau - Montepulciano - Chiusi - Pietrafitta, 50 kms, 310m de dénivelé.
Nous sommes arrivés au paradis ou presque , dans notre l'Abazzia Sette Fratri, une abbaye du XIIe siècle, transformée en palais épiscopal au XVIe siècle et aujourd'hui en résidence de tourisme : Adam et Eve au plafond de la chambre d'Annie et Henri, Caïn et Abel pour moi !...

Ce soir, fête de l'asperge des bois au village de Pietrafitta où nous avons fait des rencontres pleines de saveurs !

Dimanche 23 avril - dernière étape pour Assise : 46 kms, 310m de dénivelé, cool ...
 

 

Collecte et vente de magnets pour les migrants !

Nous sommes 80 pèlerins de la paroisse à partir à Assise après Pâques. Nous nous préparons à suivre les pas de Saint François pour aider les plus démunis.
Pendant le carême, nous organisons donc une collecte pour les migrants en lien avec le réseau Welcome Lyonnais du service Jésuite des réfugiés.
La somme récoltée servira au financement d’un week-end end à Taizé. L’expérience montre que les migrants de toute confession apprécient ce temps de recueillement et de spiritualité. C’est pour eux « un moment de paix ».
Nous vous proposons donc des magnets, portant autour de la mention Laudato Si avec le logo de Notre Dame des Lumières et la croix d’Assise.
 
 
Merci à vous pour votre soutien !
---------------------------------------------

PROGRAMME PELERINAGE ASSISE :

  • visites des lieux de la vie et de la conversion de Saint-François et Sainte-Claire
  • découverte de la spiritualité franciscaine
  • moments spirituels personnels et communautaires (messes, temps de prière)
  • découverte des lieux marquants du dialogue interreligieux
  • rencontre avec l’évêque
  • circuits culturels et historiques
  • temps personnel et libre

 

 

Plus d'infos : 06 81 93 07 47


 

 Autre proposition du diocèse de Lyon :

Sur les pas de Mère Térésa 12-21 juin 2017

 Pèlerinage des pères de famille les 13-14 mai 2017, proposé par le diocèse de Lyon

Un parcours 100% Beaujolais !

TELECHARGEZ Les infos Pele Papas  

<< Go back to list